Conservatoire botanique national
du Massif central

L'histoire des jardins du Conservatoire

En réponse aux missions des Conservatoires botaniques nationaux, le Comité syndical du CBN Massif central a très tôt souhaité créer les « Jardins du Conservatoire botanique » qui permettraient, à terme, la conservation d’espèces sensibles in vivo et la présentation en situation d’un échantillon représentatif de la diversité floristique du Massif central aux yeux du plus large public.

Après avoir été dessinés par deux paysagistes de renom, Arnaud Maurières et Eric Ossard, les jardins furent aménagés entre 1999 et 2001 sur les terres de l’ancien Général Lafayette, à l‘Ouest du bourg de Chavaniac Lafayette entre le château et les installations du préventorium (locaux et terrains de sports) datant du début du XXe siècle. C’est donc sur un lieu à la fois chargé d’histoire, constitué de plusieurs ensemble monumentaux, et dans un cadre paysager de grande qualité que le CBN s’est installé.

Inséré dans un cadre bocager préservé, au sein de la petite région naturelle qui se nomme  « le Chaliergue » et à la jonction avec les pentes boisées du Livradois qui en forment l’arrière-plan, les jardins proposent de larges vues sur le paysage du Haut-Allier et en arrière-plan ceux de la Margeride, mais aussi de façon plus lointaine sur le Cézallier, la chaîne des Puys, et le Massif du Sancy. Ces différents horizons représentent un panel intéressant de paysages du Massif central et un potentiel de valorisation d’interprétation paysagère.

Des travaux de terrassements des différentes zones présentant des caractéristiques écologiques proches de celles rencontrées dans les biotopes du Massif central (milieux forestiers, clairières, landes, prairies humides, prairies de fauche, moissons, milieux aquatiques…) ont été réalisés ainsi que la construction de trois «tertres géologiques» visant à décliner les conditions rencontrées dans le territoire : granite, roches volcaniques, calcaire. 

Aujourd’hui, les jardins et collections du Conservatoire botanique sont installés sur une propriété de 8,74 hectares appartenant au Département de la Haute-Loire et mise à disposition, à titre gratuit, au Syndicat mixte pour la création et la gestion du Conservatoire botanique du Massif central. Outre une superficie maintenue en terre agricole de 4,98 hectares dont une parcelle dédiée aux espèces messicoles, ce domaine comprend une superficie dédiée au projet «Jardins» de 3,76 hectares répartis en 0,99 hectare de collections, 0,95 hectare de vergers anciens (vergers du Château de Chavaniac-Lafayette) et 1,82 hectares aménagés en jardins.

Dès 2001, les jardins ont accueilli une collection dʼenviron 400 espèces sauvages réparties sur 6 zones représentatives des principaux biotopes du Massif central (landes, lisières, bois, zones humides, champs de culture et prairies). Cette collection composée dʼindividus sauvages ou issus de semences prélevées en milieu naturel a été régulièrement enrichie, chaque année (surtout entre 2001 et 2008), selon les découvertes et études menées par le CBN Massif central. 

Dans la perspective de développer cette collection et afin de se doter dʼinfrastructures adaptées à la multiplication et à lʼélevage des plants, le Conservatoire a installé en décembre 2011 une serre tempérée. 

Cette collection emblématique de lʼactivité du CBN Massif central fut rapidement complétée par deux collections dʼespèces domestiques :

  • une collection nationale de Ribes : 380 espèces et variétés de cassissiers, groseilliers à grappes et groseilliers à maquereaux, sauvages et domestiques, dʼorigine française et étrangère (USA,…) ;
  • une collection de variétés fruitières du Massif central : plus de 100 variétés locales de pommiers et poiriers conduits en verger basse-tige et en verger haute-tige (verger hérité des anciennes propriétés du Château de Lafayette).

En 2015, lʼacquisition et les récents travaux de réfection du château de Lafayette par le Département de la Haute-Loire ont permis de reconsidérer le projet initial de valorisation des jardins du Conservatoire dans la perspective de développer lʼactivité touristique et culturelle sur le site de Chavaniac.  

Aujourdʼhui, dans un contexte local particulièrement favorable où dʼimportants travaux dʼaménagement, de restauration et d’accueil du public sont menés sur le parc du château, où le conservatoire consolide sa stratégie globale dans le cadre d’un nouvel agrément ministériel et de nouvelles démarches partenariales, où la municipalité repense l’embellissement et la mise en tourisme du bourg, le projet dʼaménagement des jardins du Conservatoire concentre de nouveaux enjeux culturel, scientifique et touristique.

Newsletter