×

Forêts anciennes du Massif central

Alors qu’ils couvraient probablement à peine 10 % du Massif central au XIXe siècle, les milieux forestiers représentent aujourd’hui un tiers de la surface du territoire et constituent 60% des réservoirs de biodiversité potentielle ! Parmi ces forêts, seule une partie, dîtes « anciennes », ont survécu aux déboisements successifs : elles se distinguent par l’absence de défrichement depuis au moins la première moitié du XIXe siècle, quelle que soit la gestion forestière pratiquée. Cette continuité forestière peut remonter à des temps beaucoup plus anciens (forêt médiévale, forêt antique, ...).

Ces forêts « anciennes » hébergent une biodiversité particulière, typiquement forestière, constituée d'espèces qui ne se rencontrent que rarement ailleurs. C’est particulièrement le cas dans les forêts non exploitées depuis des décennies, ou dans lesquelles une gestion peu intensive à su préserver la présence de bois mort, de vieux arbres et d'arbres porteurs de microhabitats. Lorsqu’une forêt est défrichée (agriculture, urbanisation, etc.), on peut observer la disparition de ces espèces originales, mais aussi des changements profonds et durables dans le sol. Même après reconstitution du couvert arboré, les bouleversements dus au pâturage, à la fertilisation, au chaulage ou au labour influent sur la flore, la faune et les champignons du sol et du sous-bois durant des siècles. Les plantes à faible capacité de dispersion, contrairement à certaines plantes aux graines voyageuses ou à des espèces animales très mobiles, mettront des siècles à conquérir de nouveaux terrains.

Préoccupés par la conservation de ce patrimoine naturel particulier, de nombreux organismes de préservation de l’environnement, des collectivités et des gestionnaires de l’espace forestier se mobilisent sur l’ensemble du Massif central pour étudier, suivre et préserver les forêts anciennes du territoire (voir nos actualités à ce sujet).

Ainsi, avec les soutien du fonds Européen pour le Développement Régional (FEDER, Programme opérationnel interrégional Massif central 2014-2020), de l’État (FNADT), des Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine, du département de l’Allier, et la contribution technique de nombreux partenaires (ONF, CEN Auvergne, CPIE du Velay, SHNAO, Evinrude, Chauve-souris Auvergne, LPO Auvergne, parcs du Massif central, Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées, Conservatoire botanique national du Bassin parisien…) ont élaboré une « boîte à outils » spécifique aux forêts anciennes du Massif central. Ces outils permettent d’identifier et localiser les forêts anciennes du Massif central, de caractériser leur état de conservation et la biodiversité potentielle qu’elles abritent et enfin d’identifier et de hiérarchiser les enjeux locaux en termes de conservation afin d’éclairer les choix de gestion et d’action.

Par ailleurs, de manière à faire un état des lieux des travaux déjà existants sur les forêts anciennes, matures et à haute valeur écologique du Massif central, le CBN a lancé, avec le concours du REFORA, de l’IPAMAC et du CEN Auvergne, un recensement des projets passés et en cours sur ce sujet. 74 projets ont déjà été recensés, mais le travail se poursuit. Il est complété par un appel à témoignage lancé pour recueillir toute information ou indice relatifs aux forêts anciennes.

 Union européenne Le Fonds National d'Aménagement et de Développement du Territoire  Région Nouvelle Aquitaine  Région Auvergne-Rhône-Alpes  Conseil départemental de l'Allier

Le projet « Outils pour identifier et caractériser les forêts anciennes du Massif central » est cofinancé(e) par l’Union européenne. L’Europe s’engage dans le Massif central avec le fonds européen de développement régional.