×

La réalisation d’une typologie des végétations du Massif central constitue le préalable indispensable à l’évaluation de leur intérêt patrimonial, à leur cartographie et à la connaissance des habitats naturels. Cette typologie, structurée à travers un système hiérarchisé d’unités de végétation, s’appuie sur la méthode phytosociologique et se réfère standards nationaux (Prodrome des végétations de France, etc.) et internationaux disponibles.

 Bien répartis sur le Massif central, les Parcs naturels régionaux sont apparus très tôt, aux yeux du CBN Massif central, comme des territoires de travail et d’échantillonnage remarquables. Après les premiers travaux de typologie (et de cartographie) menés sur les territoires des Parcs naturels régionaux du Pilat et des Monts d’Ardèche, les travaux ont porté sur le PNR de Périgord-Limousin (en collaboration avec le CBN Sud-Atlantique), celui de Millevaches en Limousin et, plus récemment, le PNR du Livradois-Forez. La plupart de ces travaux ont fait l’objet d’édition de catalogues des végétations (voir nos publications

Ces travaux phytosociologiques ont été largement initiés dans le cadre de la caractérisation régionale des habitats naturels relevant de la Directive 92/43/CEE Natura 2000 qui posaient des problèmes d’identification par les opérateurs des documents d’objectifs. Par exemple, récemment, ces travaux de caractérisation appliqués à la problématique Natura 2000 ont porté sur l’ensemble des habitats communautaires problématiques en Rhône-Alpes ; en Auvergne, sur les tourbières boisées, les végétations du Val d’Allier et les prés tourbeux à Choin noirâtre, les herbiers aquatiques à Characées ; ou encore en Limousin sur les végétations serpentinicoles de Corrèze.

Plus ponctuellement, à l’échelle départementale, le CBN Massif central est sollicité sur des études spécifiques de caractérisation phytosociologique pour des groupements méconnus susceptibles d’être pris en compte dans les réseaux des Espaces naturels sensibles.

D’autres études sur la végétation (et le plus souvent la flore) sont également réalisées à la demande des partenaires gestionnaires du CBN avec pour principaux objectifs l’évaluation de l’intérêt phytocénotique pour la mise en place de plans de gestion ou, plus globalement, la définition de stratégie de conservation sitologique. En voici quelques exemples : étude des herbiers aquatiques de la Vienne sur l’Agglomération de Limoges ; caractérisation des pelouses sèches des costières du Rhône ardéchois à la demande du CEN Rhône-Alpes ; expertises flore et végétation de sites ENS (Loire et Rhône).

Parallèlement, des études de fond ont été menées en Rhône-Alpes et en Auvergne en vue de l’élaboration de référentiels des végétations (en cours de finalisation pour l’Auvergne, finalisé en Rhône-Alpes).
En Rhône-Alpes, c’est dans le cadre de conventions pluriannuelles d’objectifs successives avec la Région Rhône-Alpes que les départements de la Loire, du Rhône et de l’Ardèche ont bénéficié d’un vaste programme d’inventaire des végétations basé sur un plan d’échantillonnage stratifié. L’analyse de plus de 8 000 relevés ainsi réunis, a permis l’élaboration d’un référentiel et d’un synopsis commenté de niveau association dont la première version a vu le jour en 2010. Depuis des études complémentaires portent sur les végétations méconnues ou très peu répandues (ourlets intraforestiers acides...), dont les résultats complètent le référentiel rhônalpin.
En Auvergne, à la demande de la DREAL, une synthèse typologique de la végétation sera prochainement achevée, elle établira un référentiel typologique de la végétation d’Auvergne, au rang d’association, avec mise en correspondance avec la typologie de la directive « Habitats » et les référentiels européens associés (CORINE biotopes, EUR 15, EUNIS).


L’étude des végétations muscinales constitue une autre facette des travaux du CBN Massif central portant sur les végétations. Malheureusement peu utilisée en France, la bryosociologie est une méthode d’analyse (caractérisation et typologie) des communautés bryophytiques inspirée de la phytosociologie sigmatiste. Plusieurs inventaires bryosociologiques de sites remarquables ont été réalisés et les exemples de végétations singulières sont nombreux. C’est ainsi que la Réserve naturelle des Gorges de l’Ardèche s’est révélée extrêmement diversifiée par un grand nombre de communautés très spécialisées, notamment l’association épiphyte des berges de rivières à régime torrentiel sur substrat calcaire (Orthotricho diaphani-spruceetum) ou de l’association inféodée aux bois pourrissants dans les saulaies blanches alluviales (Hygroamblystegio varii-Leptodyctietum riparii). L’étude du bois de Païolive a également permis la caractérisation de communautés muscinales originales liées au karst. Les hêtraies subalpines du Massif central sont aussi des habitats de choix pour l’étude des communautés muscinales épiphytes en relation avec des paramètres écologiques contraignants.

Ces différents travaux de caractérisation des associations végétales, réalisés selon les règles de la phytosociologie sigmatiste, alimentent le référentiel phytosociologique du CBN du Massif central au fur et à mesure de l’élargissement de ses connaissances. Fin décembre 2013, cette connaissance est étayée par plus de 53 742 relevés. Le référentiel des végétations du Massif central dont une première version est en cours de construction, aura pour ossature principale les référentiels des végétations de Rhône-Alpes et d’Auvergne ainsi que le catalogue du PNR Millevaches pour le Limousin.