×

Étudier les relations entre la diversité végétale et son utilisation par l’homme…

Au fil des âges, qu’il s’agisse de se nourrir, de se vêtir ou de s’abriter, l’homme n’a cessé d’utiliser les plantes et leur diversité pour répondre à ses besoins vitaux. Tandis que ses modes de vie actuels tendent, chaque jour, à l’éloigner du monde végétal et contribuent à en affaiblir la diversité, il est apparu important pour le CBN Massif central de s’intéresser aux relations passées ou actuelles entre notre société et le patrimoine végétal, en particulier aux nombreux services rendus par la flore et les écosystèmes régionaux, tant des points de vue culturels, sociaux, économiques, qu’environnementaux.

Parcouru dès l’aube de l’humanité par les Néandertaliens, le paysage végétal du Massif central porte, en effet, les stigmates d’une exploitation précoce de sa diversité végétale. Cette vieille terre de cueillette, de culture et d’élevage, hérite aujourd’hui d’un véritable patrimoine culturel, de savoirs ancestraux, de traditions et d’usages ancrés dans les coutumes régionales dont la disparition – probablement déjà bien engagée – constitue une véritable perte pour la compréhension du monde dans lequel nous vivons. L’ethnobotanique, l’archéobotanique, la biogéographie, la paléobotanique, l’ethnopharmacologie ou encore la toponymie sont quelques-unes des nombreuses disciplines scientifiques qui peuvent contribuer à mieux connaître les relations, anciennes et contemporaines, entre l’homme et le végétal. Et c’est, sans aucun doute, grâce à celles-ci que le CBN Massif central pourra sensibiliser le plus large public à la préservation de la biodiversité régionale.

 À cet égard, en 2012, dans la perspective d’initier cette volonté d’améliorer les connaissances ethnobotaniques de son territoire d’agrément, le CBN a réalisé une étude visant à mieux connaître les pratiques de cueillettes de plantes sauvages à des fins commerciales, artisanales ou industrielles. Les résultats de ce travail s’avèrent surprenants et démontrent, comme s’il fallait encore le prouver, combien la diversité végétale contribue au bien-être et au développement de notre société actuelle…