×

Collecter et partager les informations floristiques, de l’échelle locale à l’échelle nationale…

Comment préserver la biodiversité sans la connaître et suivre son évolution ? Comment évaluer l’efficacité des politiques mises en œuvre en matière de préservation et de restauration de la biodiversité au niveau national comme au niveau international ? Comment associer les acteurs de cette politique et les citoyens et unir leurs efforts ? Comment permettre aux acteurs internationaux d’accéder à des informations synthétiques pour chaque pays ?...

Pour y répondre et constatant un manque d’informations fiables en matière de biodiversité, l’État français a engagé deux projets ambitieux : l’un visant la collecte et la validation de manière cohérente et homogène des données scientifiques sur l’ensemble du territoire, c’est le Système d’information sur la nature et les paysages (SINP) ; l’autre chargé d’interpréter ces données, de choisir des indicateurs fiables et d’apporter un éclairage sur l’efficacité des politiques publiques en faveur de la biodiversité, c’est l’Observatoire national de la biodiversité (ONB). Ces deux outils reposent sur le déploiement d’un large réseau d’acteurs associant la recherche, les naturalistes, les gestionnaires d’espaces naturels, l’administration et les collectivités, ces dernières portant également l’ambition de se doter, dans leur territoire, d’observatoires et de systèmes d’information sur la biodiversité. 

Les Conservatoires botaniques nationaux et les collectivités territoriales, particulièrement désireux de collecter, centraliser et valoriser les données floristiques et phytosociologiques à l’échelle de leurs territoires, ont investi, très tôt, d’importants moyens pour engager des programmes d’inventaires régionaux et élaborer des systèmes d’informations pertinents, anticipant par la même occasion, les déclinaisons régionales du SINP et de l’ONB également souhaitées par l’État français. Depuis une quarantaine d’année, l’ensemble des Conservatoires botaniques nationaux ont ainsi constitué, progressivement, une importante somme de connaissance sur la flore, la végétation et les habitats en France.

 C’est ainsi qu’en 2013, la Fédération des CBN s’est attachée à développer le volet «données d’observations flore» du SINP mettant à disposition au niveau national les données contenues dans chacun des systèmes régionaux d’information élaborés par les CBN. Cette intégration a nécessité, en amont, un travail conséquent de standardisation des données en particulier du point de vue taxonomique. Aujourd’hui, la FCBN, les CBN et la communauté des botanistes disposent désormais d’un système d’information d’envergure nationale et fort de près de 21 millions de données d’observation portant sur 7687 espèces de la flore de France. Pour porter à connaissance l’ensemble de ces données au niveau national, une plateforme Internet de diffusion a été élaborée par la FCBN : SIFLORE. Dans la phase actuelle de son développement, cet outil permet de visualiser les cartes de répartition des taxons à l’échelle communale et à la maille 10x10km. Cette plateforme de diffusion des données floristiques complète ainsi le paysage de la connaissance de la flore sauvage en France. Elle a vocation à évoluer pour répondre toujours mieux aux besoins des utilisateurs, notamment par la mise à disposition des caractéristiques biologiques, écologiques et réglementaire de l’ensemble des taxons.