×

Zoom sur un site naturel

Dans la réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy, près de 79 groupements végétaux élémentaires ont été recensés et analysés. C’est le résultat d’un important travail de bibliographie et de terrain réalisé par le Conservatoire botanique national du Massif central avec le soutien du Parc naturel régional des volcans d’Auvergne et de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes. Afin d’aider les gestionnaires à prendre connaissance de ces résultats et de cette diversité et de les orienter dans leurs choix de gestion, ces végétations ont fait l’objet de fiches descriptives, rassemblées par grand type physionomique et des tableaux synthétiques permettant de présenter les ensembles floristiques caractéristiques de chacune de ces végétations.

Globalement, l’état de conservation des végétations de la réserve naturelle apparait satisfaisant, même si, ponctuellement, on peut observer quelques altérations. Au-delà de la responsabilité forte de la réserve pour l’ensemble des végétations subalpines et des tourbières, il est intéressant de noter la présence de forêts en bon état de conservation à l’étage montagnard, qui constituent des nœuds stratégiques pour le maintien d’une trame forestière fonctionnelle à l’échelle des montagnes volcaniques auvergnates.

Ce catalogue des végétations de la RNN de Chastreix-Sancy (comprenant une base de données cartographique associée) permet de dresser un solide état des connaissances sur les végétations locales. Il servira de base au travail de cartographie qui sera conduit prochainement. Il permet aussi d’identifier des végétations encore très mal connues, y compris à l’échelle auvergnate, comme les végétations fontinales et des suintements temporaires qui apparaissent aux zones de jonction entre différents niveaux de coulées volcaniques. Un travail d’amélioration des connaissances doit être réalisé sur ces végétations, par ailleurs riches en bryophytes.

Télécharger le rapport

Sur les confins berrichons du nord du département de l’Allier, la flore et la végétation calcicoles de l’ancienne carrière du Plaid (commune de Valigny) apparaissent comme l’ultime héritage d’un causse calcaire (Chaume du Plaix) où la tradition d’exploitation pastorale extensive s’est perpétuée, à la faveur d’une propriété communale jusqu’au XIXe siècle.
L’ouverture de carrières dans la première moitié du XIXe siècle, puis leur extension dans le siècle qui suivit, auront totalement détruit le causse originel. Néanmoins, un cortège floristique résiduel, associé aux milieux pionniers (pelouses, dalles, pierriers…) générés par l’activité des carrières, s’est maintenu jusqu’à nos jours.
Déjà connue pour sa flore calcicole exceptionnelle pour l’Allier et pour l’Auvergne (Carduncellus mitissimus, Festuca marginata subsp. marginata), l’ancienne carrière du Plaid à Valigny (03) a fait l’objet d’un diagnostic végétal et historique (BOULLET 2011), dans le cadre de la politique sur les Espaces naturels sensibles du Conseil général de l’Allier.
L’activité même des carrières semble y avoir favorisé certaines espèces pionnières, à la suite du compactage des substrats, provoquant engorgement temporaire et stagnation des eaux pluviales, ou encore, en permettant le maintien de pelouses annuelles ouvertes. Bupleurum tenuissimum L. (non revu depuis le XIXe siècle dans l’Allier, exceptionnel en Auvergne, Liste rouge régionale Auvergne) et Sisymbrella aspera (L.) Spach (nouveau pour le département de l’Allier, RR en Auvergne, Liste rouge régionale Auvergne) sont les éléments les plus spectaculaires de ce « néocortège » d’espèces patrimoniales favorisées par les activités anthropiques.

V. BOULLET (CBN Massif central)