×

Né le 28 novembre 1937 à Lambermont, René Léonard A. Schumacker est décédé le 10 février 2015 à Verviers (Belgique). Professeur à l’université de Liège et directeur de la station scientifique des Hautes-Fagnes (qui a servi de lieu de rencontre et d’échange de nombreux collègues bryologues européens), il s’est surtout distingué en tant que bryologue. Auteur de nombreux articles scientifiques sur ce thème, R. Schumacker a beaucoup œuvré en Belgique, dans les domaines de la floristique et de l’écologie des bryophytes. Ses nombreux voyages d’études des bryophytes notamment en Italie et aux Açores on probablement motivé, en 1980, la création d’un «Groupe de travail pour la cartographie des bryophytes en Europe » dont le but, la réalisation d’un atlas des bryophytes d’Europe, est resté inachevé. René Schumacker a également participé à la création et au fonctionnement de l’European Committee for Conservation of Bryophytes, particulièrement actif de nos jours. Deux éditions successives de son ouvrage de détermination des Marchantiophytes et des Anthocérotophytes d’Europe et de Macaronésie, publié en collaboration avec l’éminent hépaticologue Tchèque, Jiri Váňa, ont vu le jour, témoignant du succès de cet important travail. En France, son activité bryologique est remarquable : il a prospecté dans de nombreuses régions, notamment les Pyrénées, la Bretagne et le Massif central, souvent en compagnie de ses amis, dont le regretté Alain Lecointe, professeur de l’université de Caen. Il a participé à de nombreuses sessions organisées par la SBCO. Il est l’auteur de nombreuses contributions floristiques qui sont encore aujourd’hui des sources riches et fiables pour le phytogéographe. En 1997, il a publié avec Jean Sapaly, célèbre botaniste du Cantal, une excellente synthèse critique portant sur les hépatiques de l’Auvergne historique (Puy-de-Dôme et Cantal). Plus d’un siècle après les travaux pionniers de Héribaud, René Schumacker mettait en lumière l’extraordinaire richesse des montagnes d’Auvergne, en se basant sur une exploitation exhaustive des ressources bibliographiques, des herbiers révisés par lui-même et des données personnelles acquises au fil des ans. Cette synthèse reste aujourd’hui une référence incontournable. En outre, René Schumacker a généreusement fait don au CBN Massif central de ses données inédites concernant le Massif central participant ainsi au formidable effort de connaissance de cette diversité végétale méconnue. Passionné par les bryophytes, leur conservation, et par les progrès de la bryologie, R. Schumacker se faisait une haute idée du travail en collaboration. Il s’agaçait parfois des lenteurs et des pesanteurs ralentissant certaines initiatives, en particulier en France, et ses “coups de gueule” n’étaient pas toujours bien compris. Néanmoins, il restera une personnalité attachante de la bryologie en Europe.

V. HUGONNOT (CBN Massif central)