×

Les mesures de conservation nécessitent parfois la réintroduction de plantes disparues dans leur milieu d’origine, le renforcement de populations jugées trop faibles pour se maintenir naturellement, voir le transfert d’un site à l’autre lorsqu’aucune autre solution n’est trouvée. Elles s’appuient sur la constitution d’une banque séminale et sur la culture de plantes menacées dans les jardins du CBN Massif central.
À cet égard, les compétences du Conservatoire botanique national du Massif central sont sollicitées en lien avec les services de l’État qui lui donne préalablement les autorisations de prélèvement nécessaires. Bien qu’elle ne constitue pas une priorité, la conservation ex situ demeure indispensable pour faire face aux disparitions imminentes de certaines espèces en danger d’extinction.

La banque séminale du CBN Massif central

Compte tenu des fortes pressions sur les habitats naturels et parfois des échecs de préservation in situ, le CBN Massif central est habilité par le Ministère de l’Écologie pour prélever des semences ou des plants d’espèces sauvages menacées d’extinction afin de les cultiver sur des aires préservées, en dehors de leur milieu naturel d’origine.
Les semences collectées par le CBN Massif central sont alors systématiquement et rapidement triées, desséchées, pesées et conditionnées au cas où les populations d’origine disparaitraient (action de réimplantation) ou seraient en déclin (action de renforcement de populations).
Elles sont ensuite utilisées directement dans les jardins du Conservatoire botanique ou référencées dans la banque séminale et conservées au congélateur à - 20°C (conservation à long terme) ou en chambre froide à + 5°C (conservation à moyen terme).

Mais conserver les semences d’une espèce dans la perspective de la cultiver et de la réimplanter dans son milieu naturel requiert de véritables travaux d’investigation scientifique. Chacune des 300 espèces végétales, dont les semences sont conservées par le Conservatoire botanique, fait l’objet de recherches préalables visant à sélectionner les échantillons les plus représentatifs de la variabilité de l’espèce ou de la population à conserver, et à anticiper les difficultés de stockage, de germination et de culture. Ainsi, des tests de viabilité sont régulièrement réalisés : ils permettent, pour chaque taxon, de mieux connaître les conditions optimales de germination (taux de réussite, délai de germination, évolution de la capacité de germination) et de s’assurer de la qualité des lots de semences…

Aujourd’hui, ce sont plus de 1300 lots de semences qui ont ainsi été stockés par le CBN Massif central en prévision d’actions de préservation et de gestion conservatoire.

Les collections conservatoires du CBN Massif central

À Chavaniac-Lafayette, le CBN Massif central dispose d’une propriété du Département de la Haute-Loire de près de 9 ha pour mener à bien ses missions de conservation ex situ de la flore sauvage menacée. Ces espaces servent de lieu de culture et multiplication des collections d’espèces menacées, d’apprentissage et d’expérimentation des techniques de multiplications (semis, bouturage, récoltes des semences etc.), et de recyclage des lots de semences vieillissants issus de la banque séminale. Outre leur intérêt pédagogique, ces collections culturales permettent notamment de répondre à des demandes de réintroduction d’espèces disparues en milieu naturel.

Depuis son installation à Chavaniac-Lafayette, bien que ses missions de conservation concernent en premier lieu la flore sauvage, le Conservatoire botanique national du Massif central contribue également à la préservation de variétés fruitières anciennes et rustiques, et de leurs ressources génétiques. À cet égard, il conserve et valorise une collection nationale de cassissiers, groseilliers à grappes et groseilliers à maquereaux, riche de 380 variétés, dont une centaine d’espèces sauvages.

Outre cette collection nationale, le domaine présente également un vieux verger de pommiers haute tige (1 ha), hérité des anciennes propriétés du Château de Lafayette, que le CBN Massif central a récemment entrepris de compléter et renouveler par un verger basse tige de variétés fruitières du Massif central. Ce verger conservatoire, réalisé notamment en collaboration avec le Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne, préserve aujourd’hui une soixantaine de variétés fruitières dont 9 de cerisiers, 14 de poiriers et 35 de pommiers. Parmi les variétés régionales de pommier, on retrouvera la Rouge d’Agnat, la Canada blanc d’Auvergne, la Sainte germaine, la Feuillue, la Reinette marbrée, ou encore la Plate de Malrevers…
Sans avoir jamais représenté un axe prioritaire de développement du CBN Massif central, ces collections fruitières constituent néanmoins un atout considérable dans la reconnaissance locale et régionale de ses missions et de ses compétences, et dans la perspective de sensibiliser le grand public à cet égard. Ainsi, le CBN Massif central s’est progressivement impliqué dans les actions de connaissance, de conservation et de valorisation menées par le réseau de conservation du patrimoine fruitier domestique régional.